Divers

Se libérer de nos fantômes grâce à la sophrologie.

La généalogie nous apprend beaucoup sur nous même. En alliant la sophrologie à cette connaissance nous gagnons en conscience et donc en liberté. Par ce travail, nous profiterons de l’instant présent de manière exponentielle.

Notre époque nous veut performants, riches, beaux, intelligents, nous affirmant et cultivant les valeurs positives et le bien-être à tout prix. Nous « devons » vivre dans l’abondance. Notre monde intérieur, lui, peut être souffrance dans notre corps, dans nos relations aux autres, dans notre avancée professionnelle, dans nos conditions vies. On nous propose la résistance, or, comme vous le savez sans doute,  seul le lâcher-prise nous libérera.

Le mal-être ne relève pas toujours d’une incapacité de notre part à réussir notre existence. Nous faisons de notre mieux et pourtant nos conditions de vie ne s’améliorent pas, nous restons absent à notre propre vie, nous retombons sans cesse dans les mêmes pièges. Acceptons le. 

Peut-être ne cherchons nous pas du bon coté ? 

Les générations spontanées n’existent pas. Nous sommes le fruit d’un arbre. Nous avons des racines. Et si effectivement notre travail d’ancrage par le corps grâce à nos exercices de méditation, de yoga et d’auto-hypnose, soit de SOPHROLOGIE, peut ne pas être suffisant, il faut chercher plus loin. 

Ces difficultés sont parfois le résultat de notre histoire familiale et de la manière dont cette généalogie s’inscrit en nous, dans notre vision du monde, nos croyances hérités, voire notre corps. 

Répétons-nous des situations conflictuelles de nos ancêtres ? Endossons-nous un rôle à cause du passé des générations antérieures qui nous pèse ?

Quelle est notre place dans cette généalogie et ce système familiale ? 

La mémoire trans-générationnelle s’inscrit dans nos cellules dès notre conception.

Nos ancêtres ont une influence sur notre vie d’aujourd’hui dans notre manière de vivre, travailler et aimer.

Nous pouvons hérités de comportements qui se répètent d’une génération à l’autre de façon inexpliquée, parfois au même âge ou la même date etc.

Nous ne déciderions pas entièrement de notre destin tant que le passé de nos aïeux restent inconscient. S’il devient conscient, et donc accepté, nos choix seraient alors ceux d’une réelle transmission, léguant à nos enfants ce que nous voulons et non ce dont nous héritons de manière inconsciente positif comme négatif pour nous. 

Ne pourrions-nous avoir des soucis de coeur, de travail, voire de réalisation de soi en conséquences des actes de notre lignée passée ?

Il se peut que certains actes n’aient pu être digéré par la génération l’ayant commis ou subis. Les secrets de famille peuvent être clivant pour celui qui le crée mais aussi les générations qui suivent, qui elles subissent.  D’autres ne sont pas acceptables voire trop douloureux pour une génération au prise avec l’Histoire, comme la déportation ou la collaboration pendant la seconde guerre mondiale, les filles-mères avant 68, les amours secrets, les naissances n’ont voulu, les mariages arrangés, les abandons…

Nous identifiant à certains ancêtres nous créons en nous un espace psychique qui peut se révéler être des oeillères. Nous perdons contact avec la réalités d’aujourd’hui. Nous adoptons une certaine vision du monde ainsi que des croyances mis en place à une époque lointaine. Ces principes, auxquels nous nous attachons, et, qui parfois nous guident, ne viennent-ils pas de croyances issues du passé transmis de génération en génération. Ne peuvent-ils devenir de véritable prison pour nous, aujourd’hui ? 

Quel rôle avons-nous endossé dans ce système familiale ?

Ce n’est qu’en prenant conscience de ces déterminismes que nous pouvons nous en défaire, transformer et transmettre à notre tour.

Il est nécessaire d’avoir conscience de ce qui se trouve nous, dans nos cellules, pour éviter de reproduire certains faits de manière inconsciente.

En recombinant et revisitant notre histoire à travers notre corps nous nous mettons au service d’une continuité et d’un meilleur développement personnel et sociétal.

C’est apprenant à mettre en lien ce que nous vivons aujourd’hui avec cette histoire familiale que nous nous en libérons. Le sens n’existe pas en dehors de nous. Nous récrivons ce roman familiale avec le lumière de notre passé intérieur.

Comment ?

Tentons de faire notre arbre généalogique avec un maximum de détails.

Menons l’enquête.

Faisons le à partir de nos arrières grand-parents, puis remontons jusqu’à nous.

N’oublions aucune dates, naissances, morts, ni frères et soeurs disparus ou décédés à la naissance.

Tentons ensuite de repérer tous nos principes, du moins tout ceux qui nous ont été inculqués par nos parents par des petites phrases comme « attention, tu manges ton pain blanc avant ton pain noire », ou « il faut souffrir pour être belle », ou encore qui « vole un oeuf, vole un boeuf » etc. Nous en avons des tonnes. Toutes ces phrases qui ne vous ont pas paru justes lorsque vous étiez enfant ou perdurent alors que vous êtes adultes. Notez les.

Ensuite, votre travail passera par une introspection personnel en vous mettant dans un état sophroliminal (ce que d’autres appellent auto-hypnose) et faisant un voyage dans le temps, convoquant alors vos ancêtres porteurs selon votre corps et votre conscience de ce complexe. 

Cela vous tente, essayez le dès maintenant.

Tentez de percevoir votre place dans votre famille. 

Convoquez des ancêtres, discutez avec eux, tentez de percevoir leur conditions de vie de l’époque, les tabous et les totems et vous verrez qu’un grand nombre de vos croyances limitantes tomberont.

Visitez le passé et si quelque chose vous heurte, tentez de ne vous concentrez que sur vos sensations et de lâcher-prise, votre corps évacue naturellement tout ce qui ne lui convient pas…

La sophrologie utilisant la généalogie va au coeur de l’être. Peu à peu, elle nettoie celui-ci, redonnant sa place à votre enfant intérieur, à vos rêves, à vos valeurs propres. 

Le présent s’ouvre à vous. Vous profitez de l’instant présent. Il est abondance.

Emmanuel CROUAIL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *